« – Hey M’sieur Bus !

– Oui, chef ?

– Ca serait bien si tu faisais le compte rendu du séjour à Faaker see.

– Ah !?!? »

Et voilà comment je me retrouve devant une page blanche à chercher les mots pour faire des phrases pour vous raconter notre merveilleuse aventure de Faaker See !

 

Mardi 4 septembre : Bordeaux / Turin 950 kms.

Pour notre départ Leuleu nous a donné rendez-vous (Harley, Yoyo et moi-même) à 8 heures chez lui pour rouler tous les 4, direction Libourne où nous attendaient au péage, Forest et BonnesMains.

Puis direction Turin pour notre première étape.

Après une dizaine de kilomètres, mon premier frisson à 130 km/h où mon Road King a eu l’idée de faire des siennes, mais après une rapide vérification, notre chef mécano attitré au Free, j’ai nommé Mister Yoyo, me confirme que je peux continuer à rouler.

Pause déjeuner aux alentours de Clermont Ferrant que nous avons d’ailleurs failli rater, compte tenu des petites pannes successives du GPS de notre Road Captain préféré, Forest.

Traversée du tunnel de Fréjus avec la désagréable surprise de devoir payer 35 euros (chacun) pour pouvoir traverser 13 kilomètres à 60k/h dans un épais brouillard de pollution. Quelle M….

Premiers tours de roues en Italie dans une atmosphère grisâtre entre chien et loup, au milieu des montagnes noires peu accueillantes, avec le litre de 98 à 2€ et + !!!!. Quelle M…..

Arrivée nocturne à Turin, de toute façon on s’en fout, ça ne doit  pas être plus beau le jour !!! Où Harley a eu la mauvaise surprise de constater une légère fuite à son collecteur d’échappement mais pour la deuxième fois de la journée Mister Yoyo rassura Harley notre Director sur le côté bénin de cette avarie.

On commence à se poser des questions, pour Yoyo, tout va bien, rien n’est grave, ça peut rouler !!!!

Nous, on s’inquiète quand même un peu.

Nous avons pu rejoindre notre premier logis, hôtel sympa en plein centre de Turin que notre bon Leuleu avait réservé à 21h.

Première soirée de détente entre nous avec quelques anecdotes que nous aurons le plaisir de vous dévoiler à chacun à doses homéopathiques.

Restau sympa en face de l’hôtel, pâtes, scampis, pizzas le tout accompagné de binouzes, vins et digeots Italiens.

C’est ça qui a bien aidé à la détente ….

Mercredi 5 septembre : Turin / Opatija  600 kms.

Deuxième étape vers la Croatie avec un passage le long des côtes Slovènes, cette distance plus courte nous a permis une pause déjeuner un peu plus longue. Et nous nous sommes accordé le déjeuner dans une petite auberge au bord du magnifique lac de Garde.

Bonne roulade durant l’après-midi dans des conditions favorables jusqu’au moment où la « marée chaussée » italienne décida de nous donner des sueurs froides.

Désolé, pas de photos !!!!!!

ors d’un arrêt dans une station d’autoroute à 50kms de la frontière Slovène, à la vue des plaques d’immatriculation non règlementaires en Italie, de Leuleu et de notre Director, Bonnes Mains se tenant à carreau !!! la police leur montra le texte de loi avec lequel il voulait les verbaliser.

Jusque-là pas de panique, juste une discussion. La chose se compliqua quand le policier leur indiqua le montant de l’amende : 1745 euros (chacun) avec immobilisation des véhicules.

Après une demi-heure de palabre (c’est très long quand vous êtes dans une telle situation) notre policier décida de nous laisser repartir sans autres explications.

Nous apprendrons par la suite que ces braves messieurs attendaient probablement un bakchich !!!! Chose rare en Italie.

Arrivée à Opatija en Croatie à 21 heures, comme la veille, et oui, la pause déjeunée et notre rencontre avec la police italienne nous ont un peu retardés …

 

Reprise de la route, frontière Slovène :

Frontière Croate :

Arrivée à Opatija en Croatie.

Malgré l’horaire, on a quand même dégoté un super petit restau avec vue sur la mer (super, il faisait nuit !!!!)

Spécialité Croates, Opatija, capitale mondiale de l’escalope Cordon Bleu !

      Opatija ville balnéaire … pour retraités, donc :

soirée calme dans un restaurant calme (mais super bouffe)

 

 

fin de soirée dans un bar calme et retour dans notre superbe hôtel 5 étoiles calme dans des suites calme avec une vue splendide sur la mer Adriatique calme.

 

 

Jeudi 6 septembre : 400 kms.

Surprise en arrivant aux motos ! 3 jolis PV (Yoyo, Bonnes Mains et moi-même) pour mauvais stationnements étaient posés sur nos pare-brises.

PV que, soyez rassurés, nous ne paierons bien sur, jamais !!!

C’est donc sans amertume que nous quittons la Croatie direction Faaker see.

Pas de belle sortie sans pluie, il nous a donc fallu bâcher !!!!

        

 

Quelques heures plus tard, après une deuxième partie de route + que sympa,

nous prenons possession de nos chalets à la frontière de la Slovénie et de l’Autriche (30kms de Faaker). Nous allons y loger durant tout notre séjour pour Faaker See, à savoir 3 nuits.

 

Encore une fois, Leuleu le magnifique (notre voyagiste préféré) a officié de main de maître.

Les chalets sont vraiment « magnifiques » et typiques.

  

 

Vendredi 7 septembre : sur place 150 kms.

Après une petite grasse matinée nous nous sommes rendus sur le site de la concentration qui se situe autour du lac de Faaker See où 3 villages distincts étaient dressés. Le premier étant occupé par les concessions HD, le deuxième par les accessoiristes et le troisième par les Hells Angels.

 

 

Retour aux chalets dans l’après-midi pour accueillir nos deux amis du Free de Blanès j’ai nommé Giulio et René qui avaient réservé (par Leuleu) un chalet avec nous. Ils sont arrivés accompagnés de deux Free Members  italiens du Free de Semper Fidelis.

Vous pourrez admirer l’accueil réservé à Julio et René par nos italiens sur Facebook, en effet l’image parle mieux qu’un long discours.

La soirée qui rassemblait les 11 Free présents à Faaker, pendant lequel notre Director a pu remettre officiellement les couleurs à deux nouveaux arrivants dans notre grande famille des Free, Brindisi Italy & Vannes France.

 

 Pour votre info, Brindisi sera amené à changer de nom cause le MC local (Indian) qui s’appelle déjà Brindisi !!! Pas de soucis, c’est déjà prévu en accord avec eux.

 samedi 8 septembre : sur place 150 kms.

Matinée de détente aux chalets avant une après-midi sur le site où nous avons pu profiter pleinement de toute la folie engendrée par une telle concentration, 80000 bécanes, show bikes, burns, bières, jolies filles …(pour les jolies filles, c’est ce qu’on nous a dit, personnellement on ne les a pas vu, on a pas fait attention).

Après avoir décidé de rester encore un peu sur le site, retour dans la soirée laborieux pour Yoyo et moi-même où je dois l’avouer, notre sens de l’orientation nous a fait défaut, et oui nous nous sommes perdus sur le chemin au bout duquel nous avions rendez-vous avec le reste de notre Team. Nous sommes finalement arrivés avec un léger retard d’une heure au restaurant où nous avons ressenti une contrariété de Leuleu qui avait dû prendre l’apéro sans nous ! Dernier repas très sympa dans un restau typique accompagné de nos amis espagnols avant notre départ du lendemain.

 

Dimanche 9 septembre : 950 kms.

Deux longues journées nous attendent car nous avons décidé de modifier notre trajet retour avec un passage par l’Autriche, l’Allemagne, le Liechtenstein et la Suisse.

Notre soirée étape étant prévue à Lausanne.

Cette journée fut ponctuée par l’obligation d’intervenir sur l’échappement du Road King de notre Director, ce que Yoyo fit avec son brio habituel.

Conseil : si vous avez des réparations à faire sur vos bécanes et que vous souhaitez éviter les frais de la concession, prévoyez une sortie avec Yoyo, il va vous arranger ça, et ça ne vous coutera qu’un ou deux apéros !!!!!

Diner sur les hauteurs du lac de Lausanne avec une vue extraordinaire sur toute la baie de Lausanne !!!!

(sauf qu’il faisait nuit)

Où nous avons pu déguster, pour certains une fondue et pour d’autres, une raclette. Retour à l’hôtel pour une nuit réparatrice et une digestion des plus légère.

 

Lundi 10 septembre 750 kms.

Un mélange d’impatience de retrouver nos proches et à la fois une certaine tristesse de voir ce périple se terminer nous envahissait.

Yoyo fut encore mis à contribution pour resserrer quelques boulons par ci par là.

Ces derniers qu’ils nous restaient à parcourir se firent dans des conditions climatiques très agréables et nous avons pris un pied extraordinaire à effectuer ces derniers kilomètres.

Ces kms qui parfois, créent la fusion entre la machine et l’homme

et qui rendent parfois la machine tellement humaine.

Il était 19 heures quand nous nous sommes séparés, après une dernière photo avec notre flag, au péage de Libourne.

 

 

Total de 4000 kms, des photos plein les yeux, des souvenirs plein la tête et des émotions plein le cœur, c’est aussi ça la vie de biker et tout ça c’est au 1st Free Chapter.

 

« Bon bah voilà chef ! Mission accomplie, en ce qui concerne un compte rendu auquel je ne pensais pas devoir participer. Mais je dois l’avouer, à ma grande surprise, j’ai pris un grand plaisir à revivre ce voyage. »

 

 

Mr BUS (futur assistant éditor !!!)